Mardi, 26 Septembre 2017

Les Mevlevis et Rabab



Rabab est une métaphore aussi importante que ney en tant qu' un instrument pour les mevlevis. On a abordé des sujets concernant le rabab dans plus de soixante-dix couplets chez Mawlana (Jalâl ud Dîn Rûmî). également nous rencontrons le mot “rabab” dans dix differents sujets chez Ahmed Eflakî Dede Menâkibu’l-Ârifîn. Dans certains couplets il a comparé son affection avec le feu de rabab or la voix de rabab soit la voix de Raphaël or rabab représente les énigmes secrets or un chemin pour la bonne voie. Mawlana et son fils Sultan Walad ont personnellement joué le rabab. Nous le savons grâce aux ghazals dans le Divan antique. Sultan Walad a écrit lui-même un Masnavî appéle "rabab-name" ce qui veut dire “lettre de rabab”. Dans cet oeuvre on indique: "Le ney a un gémissement seulement parcequ' il est fait seulement d' une canne. Toutefois, la formaiton de rabab contient le bois, le cuir, argile et de fer. De ce fait le gémissement de rabab est plus élevé que du ney." L' arbre pleure, la peau pleure, l' argile pleure et le fer pleure avec l' aspiration de la patrie. Chez Mawlana, on donne des signes qu' on joue rabab avec un plectre. Il donne le nom de Uthman et de Abou Bakr comme les deus exécutants de l' époque. Aujourd' hui il est étonnat que ney est beaucoup plus populaire que rabab. Comme indiqué précédemment, toutefois, rabab est utilisé aussi souvent que le ney chez les mevlevis. Notre espoir est de comprendre les secrets de rabab et travailler pour mettre cet instrument à une place qu' il mérite.

Nous apprenenos l' esprit de rabab grâce à Mawlana. En dehors de cela l' histoire de rabab a plusieurs speculations. Cet instrument qui se forme d’ un résonateur en noix de coco, recouvert de peau, d’ un manche long et rond et de la queue d’ un cheval est joué par de très peu de personnes. L' information visuelle et concrète sur l' histoire de rabab est donnée dans les gravures et miniatures de dix-septième siècle. Nous pensons que les historiens de musique doivent s' intéresser sur les origines de rabab.

Il n' est point possile de trouver des informations exactes sur la naissance d' un instrument si vieux que rabab. Mais il existe des diverses rumeurs. Selon certains rumeurs on raconte que Salomon le prohète a joué rabab dans les années 3800 avant Jesus-Christ pendant la civilizaion sumérienne. Selon une autre rumeur on raconte que Al-Farabi a inventé le rabab. Dans les autres sources on raconte qu’ on joue rabab depuis les Ouïghours. Les instruments de musique se sont étandus dans les differentes géographies et se sont modifiés avec le temps. On peut surement appeler "kamanche" et le "rebab" milles ans avant le même instrument. Au cours des années on a appelé tous ces instruments avec les mêmes noms. A l' aide de cette guidance on peut
dire que le rabab se jouait du Pacifique Nord à l' Asie Centrale et jusqu' à la Méditerranée et même à l' Europe Occidentale par Al-Andalus. En Europe cet instrument s' appelait "rebece". Probablement il a traversé le chemin de La Perse jusqu' à l' Asie mineure avec la migration des peuples qui se sont échappés de la persécution des Mongols. Cet instrument est utilisé favorablement pendant l' empire Ottomane et Seldjoukide. Au milieu du dix-huitième siècle, le rabab a perdu son importance à l' Empire Ottomane par l' execution ascendante du violon. Son exécution est diminué vers la fin du dix-neuvième siècle.

Ce qui nous intéresse ici, c' est qu' il existe des différentes opinions des executeurs ou des executeurs-expérimentales sur le rabab depuis 1950. C' est désespérant que la mentalité globale centrée sur le pouvoir et l’ ambition s' est diffusée dans la société des artistes.

L' effet de manque de grands intervalles, manque d' une sonorité forte (ce qui impose d’ utiliser des cordes en métaux), la difficulté de jouer sur un rond manche pousse les artites de modifier l’ originalité de l’ instrument. Une bonne interprétation et développement n' a pas pû être possible dans le temps. Les cordes en queue de cheval ont tendance de se désaccorder à cause de la chaleur du corps humain durant l' interprétation. Toutefois, ce problème est surmonté par nous en donnant plus de musicalité et surtout sans modifier l' originalité de l’ instrument.

Ainsi:
Tout au long de notre voyage avec le rabab nous avons essayé de trouver des solutions pour surmonter ce problème. Nous avons substituer la queue de cheval avec le soie de Corée et Japon et Bursa et après avec les boyaux et après avec des divers alliages des cordes en synthétiques. Nous n' avons pas uitilisé des cordes en métaux.

Comme la solution parfaite:
Nous avons obtenu une grande musicalité sur la sonorité et le timbre en utilisant fil d' opération chirurgicale de l' intestin numéro 3.0, 4.0 et 5.0 (crome cat gut) selon la taille de l' instrument.


Notre but avec ce site d' internet est de montrer que le rabab est parfaitemet conforme à la musique classique turque (malgré que certains gens qui imposent qu’ il faut le modifier) et qu' il n' a point de l' imperfection sur le sonorité et le timbre et la richesse de nuances par rapport aux d' autres instruments et qu' il offre une contribution élevée à l' interprétatiton de la musique turque avec sa structure physique.

İbrahim Metin Uğur
TRT İstanbul Radio Viyoloncello Artist


___________________________________________________________________
rebab arastırma-gelistirme calımalarındaki yardım ve ilgilerinden dolayı
ipek plastik a.ş ruschmed calısanlarından
kim.müh.zeynel avcılar ve yavuz yuksel beyler tesekkurlerimi sunarım...